La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Biocoop Épone
ALIMENTATION BIOLOGIQUE ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Vendredi

Ouvert de 09h30 à 19h30

Abeilles et OGM, coexistence impossible !

Abeilles et OGM, coexistence impossible !

À partir du 03/02/2012

Biocoop Epône

Vive inquiétude chez les apiculteurs français pour qui la mise en culture de maïs génétiquement modifié MON 810 aura pour conséquence de ne plus avoir le droit de vendre les produits de leurs ruches. C’est déjà le cas pour les miels espagnols, roumains, argentins et chinois. En effet, en annulant deux arrêtés fin novembre 2011, le Conseil d'État a mis fin au moratoire sur le maïs MON810. Cet OGM pourrait donc bien faire son retour dans les champs français dès le printemps !

L’histoire a débuté en Allemagne l’an dernier, alors qu’un apiculteur ayant constaté la présence de pollen de maïs OGM MON 810 dans son miel a intenté une action en justice. Le 5 septembre 2011, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a tranché : le miel contenant des traces, mêmes infimes, de pollen issu d’organismes génétiquement modifiés (OGM) ne peut être commercialisé sans autorisation préalable. Cet arrêt s’appuie sur le fait que le pollen de maïs MON 810 n’est pas autorisé à la consommation humaine.


En France, ce sont Les Faucheurs Volontaires qui ont fait la une des journaux le vendredi 6 janvier dernier. Ils ont fait part de leur colère en participant, aux côtés des apiculteurs, à l’occupation symbolique d’un site de sélection de semences de maïs appartenant à Monsanto sur la commune de Monbéqui (82).
Et avec le printemps, le temps est compté. « Le gouvernement doit interdire immédiatement toute cession, toute vente et toute culture de MON 810, sans attendre que les sacs de semences soient dans les fermes prêts à être semés », a indiqué la confédération paysanne dans un communiqué daté du 9 janvier 2012.


Un autre point participe à l’inquiétude concernant les semences. En effet, après avoir pourtant affirmé que l'objectif de ne pas dépasser 0,1 % de contamination OGM à la récolte ne peut être atteint qu'avec des semences ne contenant aucune trace d'OGM, le Conseil Scientifique propose de tolérer 0,1 % de contamination des semences paysannes. Or, les agriculteurs qui ressèment chaque année une partie de leurs récoltes sont exposés à un risque d'addition des contaminations annuelles. Des semences contaminées chaque année à un taux de 0,1 % dépasseront très vite le seuil de 0,9 % qui déclenche l'obligation d'étiquetage OGM et les agriculteurs devront abandonner leurs variétés locales « sans OGM ». C'est ce qui est arrivé aux agriculteurs bio espagnols qui ont vu leurs variétés locales contaminées en quelques années à des taux dépassant les 30 % d'ADN transgénique. (plus d’informations sur : http://www.confederationpaysanne.fr/le-hcb-propose-une-coexistence-irrealisable_23-actu_2006.php)


La pression des multinationales pour nous imposer leur système agroalimentaire industriel s’intensifie.
Des alternatives existent et se mettent en place. Il faut s’informer et se battre pour les faire vivre !

Biocoop relaie et s’associe en tant que réseau aux 20 organisations signataires de l’appel de l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française). Cette pétition a été enregistrée auprès de la commission des pétitions du parlement européen, ce qui l’inscrit dans un processus institutionnel et donc à l’appui de parlementaires européens.
Pour une protection de l’apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM,

Plus d'informations sur la campagne en cours ici

Signez la pétition en ligne sur le site ! http://www.unaf-apiculture.info/

Retour