La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Biocoop Épone
ALIMENTATION BIOLOGIQUE ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Lundi

Ouvert de 09h30 à 19h30

Dans la bergerie des brebis de Cravent

Dans la bergerie des brebis de Cravent

78270

Cravent

http://lesbrebisdecravent.blogspot.fr/
Cravent, c’est ce lieu aux confins de l’Ile de France et de la Normandie où Fanny et Benjamin Chassagne ont installé leur bergerie, pour débuter cette activité en octobre 2013. Il y font des yaourts, en trois de la tome, de la brousse et du fromage frais bio.
Disons-le tout net, ce 29 janvier, le ciel était de bien méchante humeur et roulait avec une froide détermination averses violentes et bourrasques d’un bout à l’autre de l’horizon, lequel est bien plat du côté de Cravent. Cravent, c’est ce lieu aux confins de l’Ile de France et de la Normandie où Fanny et Benjamin Chassagne ont installé leur bergerie, pour débuter cette activité en octobre 2013. Et c’est là qu’ils nous faisaient l’amitié de nous recevoir – nous, trente-cinq visiteurs – répondant à une demande des Biocoopains. Et nous voilà partis pour une visite riche en découvertes et en images marquantes.

Les brebis n’aiment pas être mouillées et n’aiment pas marcher dans la boue. Les visiteurs non plus, ce qui fait que les unes et les autres se sont retrouvés bien à l’abri dans le vaste bâtiment qui regroupe la bergerie proprement dite, la salle de traite, la fromagerie et la cave d’affinage. C’est un beau bâtiment tout en bois, poteaux massifs ancrés dans des puits de cailloux, charpente, bardage. Le sol est en terre battue. Un côté spacieux et très protecteur, bien appréciable par ce temps. Les soixante-six brebis rassemblées initialement en ont « pris possession » en février 2014. Pour l’heure, les animaux ne semblent nullement perturbés par la présence inhabituelle des visiteurs. Seule l’approche d’une distribution d’orge va produire une certaine excitation dans les parcs.

Normalement, à cette époque de l’année, il n’y a pas encore d’agneaux, l’agnelage ayant lieu à partir de la mi-février. Mais, chance pour les visiteurs, soucis pour l’éleveur, des béliers ayant rendu visite avant l’heure à des brebis, celles-ci ont mis bas avec quelques semaines d’avance, ce qui nous vaut le plaisir de voir quelques agneaux avec leurs mères. Les brebis ont leurs chaleurs de fin août à octobre, la gestation est de cinq mois (147 jours pour être précis). Les agneaux restent 45 jours avec leurs mères, puis vient la séparation, brutale, avec une nuit de bêlements déchirants, après quoi les choses s’apaisent bien vite.

Les brebis de Benjamin Chassagne sont des « manex à tête rousse », race d’origine basque (mais prononcez « manech » car vous vous souvenez bien sûr que chez les basques, le x se prononce ch). N‘allez pas vous les figurer toutefois avec une tête rousse comme une irlandaise de dépliant touristique. En fait elles présentent des traces plutôt brunes que rousses, et parfois pas de traces du tout. C’est une race rustique, qui atteint une soixantaine de kilogrammes là où d’autres races atteignent quatre-vingt à cent kilogrammes.

Un peu de vocabulaire : chez les ovins, on est agneau ou agnelle jusqu’à un an, puis dans la deuxième année on est antenais ou antenaise, mais dans un élevage laitier, il n’y a guère d’antenais, ceux-ci étant partis vers l’abattoir avant. Après quoi on accède à la condition de brebis.

La mère et le petit

Pour l’agnelage, la brebis se débrouille toute seule et en général, cela se passe bien. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’une primipare, il faut qu’elle soit tranquille afin que l’adoption de l’agneau par la mère, moment décisif, se fasse bien. Il peut arriver qu’une autre brebis, qui généralement n’a pas encore mis bas « vole l’agneau » à sa mère. Lorsque la « voleuse » va mettre bas, elle peut rejeter l’agneau volé ou ne pas adopter son propre agneau. Or si l’agneau n’est pas adopté, la mère ne se laisse pas téter.

Reste que la mortalité des agneaux peut être importante, couramment de l’ordre de quinze pour cent, voire dans certains élevages cinquante pour cent. Il est vital que l’agneau tète le colostrum dans les deux heures de sa venue au monde, faute de quoi de gros ennuis de santé sont à craindre. Pour le troupeau de Benjamin Chassagne, la première année, la mortalité a atteint vingt pour cent pour tomber à sept pour cent en 2015.

L’agneau est monogastrique les quinze premiers jours de sa vie, puis il devient polygastrique, et entame sa vie de ruminant.

La vie à l’intérieur du troupeau

Outre la pluie et ses conséquences, comme vu plus haut, les brebis n’aiment pas la chaleur, un petit douze degrés leur convient bien.

Les brebis de Cravent rentrent tous les soirs à la bergerie. Les prairies ne sont pas clôturées, il faut donc surveiller leurs déplacements. Pour autant, après un essai peu concluant avec un chien, notre éleveur et sa femme ont pris le parti de mener le troupeau sans l’aide de cet auxiliaire. Résultat, un troupeau très calme, mais à défaut de la coercition (les aboiements et les crocs du chien), il faut user d’incitations, quitte à se frotter de temps à autre à l’indiscipline, voire « l’insolence » de certaines brebis ! Le comportement moutonnier ne serait donc pas le naturel des brebis ?

Quatre brebis sont pourvues de clochettes : cela fait une jolie ambiance sonore, rappelant les troupeaux dans la montagne et cela permet de repérer les bêtes. Mais c’est codé: il y a des grosses cloches, au son plutôt grave, elles sont pour les meneuses, et il y des petites cloches au son plus aigu pour les brebis dissidentes, toujours promptes à mal inspirer leurs congénères.

Règlement des différents : les brebis ignorent la hiérarchie, mais pas le conflit, elles peuvent en venir à des explications physiques dépourvues de courtoisie. Les béliers peuvent se battre bien plus violemment (charges frontales) et, pour peu qu’ils aient un espace suffisant pour bien prendre leur élan, s’infliger de sévères blessures à la tête. A noter que quand le combat se déroule en présence d’autres béliers, ceux-ci tendent à s’interposer entre les deux belligérants. Ainsi donc les béliers connaîtraient la médiation ?

Tenue vestimentaire

Les brebis sont tondues une fois par an, en avril-mai. Pour l’instant, il n’y a pas d’utilisation bien précise de la laine. Il faut dire que la question est moins simple qu’il n’y paraît. Toutes les races de moutons ne font pas la même laine, laquelle varie aussi selon la partie du corps. Pour ce qui est du ci-devant troupeau, il s’agit d’une laine particulière, plutôt rêche, pas franchement conseillée pour faire des pull-over, mais bien adaptée pour faire du feutre, des tapis, de l’isolation. Reste qu’aujourd’hui il n’y a plus guère de filière laine en France, le savoir-faire est perdu et se reconstitue lentement. Le gros de la laine provient aujourd’hui de Nouvelle-Zélande.

Il existe des brebis à corne et des béliers sans cornes. Allez vous étonner après cela que le visiteur lambda fasse des impairs !

Et la santé ?

Le mouton étant un animal mal connu dans la région et d’autre part peu cher, il est difficile d’avoir recours aux services d’un vétérinaire, dont la prestation pourrait être aussi élevée que le prix de l’animal. Et pourtant la brebis est plutôt fragile car en tant qu’herbivore elle a un système immunitaire moins développé que celui des carnivores. Mieux vaut alors faire de la prévention, en évitant les facteurs de risque et en veillant à rassembler les conditions favorables à une bonne santé.

Pour constituer son cheptel de départ, soit une soixantaine de brebis, Benjamin Chassagne a dû s’adresser à plusieurs éleveurs, ce qui a eu un effet positif sur la diversité génétique du troupeau et un effet négatif : le fait que les animaux étaient habitués à des flores bactériennes différentes. Il en est résulté la survenance de l’essentiel du répertoire des affections de la gent ovine avec entre autre beaucoup de piétin (lésions provenant de la présence d’une bactérie entre les ongles). La première année, les traitements allopathiques ont été utilisés, puis l’homéopathie vétérinaire a été privilégiée et continue à être testée, telle l’utilisation des argiles et huiles essentielles contre le piétin.

Côté nourriture

Pour vivre pleinement leur vie de brebis et satisfaire leur éleveur en lui fournissant le lait qu’il attend d’elles, les brebis ont un menu plutôt varié : de l’eau, pour commencer, deux litres par jour en moyenne, et puis de l’orge pour son apport énergétique, de la luzerne sous forme de granulés, du foin, de l’herbe, bien sûr, et enfin de la paille pour les besoins de la rumination. Le tout produit sur place, y compris la luzerne, mise en granulés par une usine proche.

Et nous apprenons que les brebis sont des gourmandes, jusqu’à s’en rendre malades. Pas pour tout, pour l’orge et la luzerne, ce que nous avons d’ailleurs pu observer dès notre arrivée, les préparatifs en vue de garnir d’orge leur mangeoire déclenchant illico une forte agitation de ces animaux, par ailleurs d’un calme étonnant. Ces deux aliments sont donc rationnés. Même brebis, il ne faut pas abuser des bonnes choses.

Notons qu’au sortir de l’hiver, toujours dans l’idée de préserver la santé des animaux, le retourà l’herbe se fait progressivement.

Fromagerie

La fromagerie, ça n’est pas compliqué dit Benjamin Chassagne (mais c’est certainement un effet de sa modestie) : un local simple, qui se lave facilement, où l’on se conforme au guide des bonnes pratiques d’hygiène.

Il y fait  des yaourts, en trois heures d’étuve contrôlée, de la tome, de la brousse et du fromage frais

La tome se fait à température de traite. Le lait est chauffé et emprésuré dans une cuve et lorsqu’il a caillé, il est découpé avec la lyre, essoré en tournant, puis égoutté dans un moule de toile. Il faut treize volumes de lait pour un volume de tome.La brousse n’est pas à proprement parler un fromage, c’est du petit lait additionné de lait et chauffé à 85 – 90 ° C, ce qui provoque la floculation, ne reste plus qu’à mouler ou mettre en pot.Dans la cave d’affinage règne une température de 10 ° C et l’air est saturé d’humidité. La tome doit y rester trois mois au moins pour développer tous ses arômes.

Mais pourquoi des brebis à Cravent ?

Indéniablement, cette exploitation est originale : à preuve, il n’y a que deux élevages de brebis laitières en Ile de France, et l’autre est de l’autre côté de la région, en Seine et Marne. Plus généralement, les élevages de brebis sont rares au nord de la Loire, même s’ils furent nombreux dans la Beauce, nous dit Benjamin Chassagne. On est loin des grandes zones de prédilection de cette activité que sont le Larzac, la Corse, le Pays Basque.

Mais voilà, Benjamin Chassagne est tombé sous le charme de la brebis, tout spécialement la manex à tête rousse, animal doux, nous dit-il, qui se différencie fortement de ses cousines fortes têtes, les chèvres. Et tant pis si ces dernières suscitent bien davantage de vocations d’éleveurs. Et puis il y avait des terres disponibles, qui se prêtaient bien à son projet tandis qu’une implantation en zone de montagne était difficile et coûteuse.

En guise de conclusion

Comme le faisait remarquer une biocoopine, c’est toujours un moment fort, la rencontre avec un producteur, et spécialement avec un producteur bio. Cela tient sans doute à cette manière de parler avec passion des choses les plus concrètes qui trament son activité quotidienne, de son parcours personnel, toujours singulier, de ses envies, ses constats, son savoir-faire, son inventivité, ses tâtonnements, à mille lieues des solutions clés en main et des vérités toutes faites servies par les communicants patentés. Et quand, en plus, tout cela se fait avec la présence des animaux, je n’ose dire sous leur regard, il y a comme une espèce d’évidence et de sincérité qui simplement ramène à un je ne sais quoi d’essentiel.

Et comme dirait le publicitaire de service « c’est tout cela que vous retrouverez dans les fromages de Fanny et Benjamin Chassagne ».
Retour